Qu’est-ce que l’innovation ?

« Le rôle de l’entrepreneur consiste à réformer ou à révolutionner la routine de production en exploitant une invention ou, plus généralement, une possibilité technique inédite. »

Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942

L'innovation est-elle nécessairement technologique ?

La création d’un nouveau produit est certes la forme d’innovation la plus facile à identifier. Pourtant, la majorité des innovations prennent d’autres formes :

  • les compagnies aériennes low cost constituent une innovation commerciale
  • les plate-formes de covoiturage sont un exemple d’innovation sociale

L’innovation non technologique, plus difficile à identifier, comporte moins de risque et peut souvent être mise en œuvre plus rapidement. Elle s’appuie fréquemment sur une avancée technologique dont elle développe le potentiel commercial.

Les inventions sont-elles toutes des innovations ?

Même si une invention améliore fortement la vie quotidienne, ce n’est pas une condition suffisante pour assurer sa réussite. L’innovation n’existe et ne prend son sens qu’au sein de l’entreprise. – L’innovation apporte un avantage compétitif : l’entreprise qui la développe doit pouvoir, grâce à elle, produire à moindre coût, vendre plus cher, atteindre un marché plus large… – L’innovation doit rencontrer l’usage : c’est le client qui, in fine, valide l’innovation. Ainsi, malgré l’avancée considérable qu’il apportait, l’Ipod d’Apple n’a pas rencontré immédiatement le succès. Ce n’est que le succès inattendu de la plate-forme de téléchargement en ligne qui a permis aux ventes de décoller

Les petites entreprises peuvent-elles innover ?

On pourrait croire que l’innovation est réservée aux grandes entreprises disposant de puissants services de recherche et développement. L’expérience prouve qu’à l’inverse, ce sont les jeunes entreprises de petite taille qui ont la plus forte capacité à innover. Sans procédures lourdes qui ralentissent la prise de décision, elles ne sont pas non plus liées à un modèle de production dont la remise en cause serait coûteuse. Conscients de ces limites, certains grands groupes concluent des partenariats avec des PME capables de leur apporter leur dynamisme.
→ Téléchargez le guide réalisé par SYNERSUD NOOV’LR
→ D’autres vidéos sur cet espace SYNERSUD

Créer son entreprise

La création d’une entreprise ne se réduit pas aux seules formalités administratives. C’est la concrétisation d’un projet qui a été réfléchi et formalisé avec méthode.

La propriété industrielle, ça me concerne ?

Tout créateur d’entreprise se trouve confronté à des questions touchant la propriété industrielle ou intellectuelle. Même si vous n’avez pas besoin de déposer de brevet, le simple choix du nom pour l’entreprise ou la création d’une marque peut s’avérer fort complexe et nécessiter le conseil d’un spécialiste pour éviter des complications à l’avenir. Le CEEI peut vous accompagner dans ces démarches, en lien avec l’Institut National de la Propriété industrielle (INPI), qui est l’organisme auprès duquel sont déposés les marques et brevets, mais aussi avec les professionnels du conseil en propriété industrielle, fédérés au niveau national par la CNCPI.

Quel est le meilleur statut juridique ?

Le choix d’un statut pour l’entreprise est très important, car il aura des conséquences dans plusieurs domaines, en particulier en matière fiscale, mais aussi sur le patrimoine du créateur d’entreprise. Entreprise individuelle, statut d’auto-entrepreneur, Société Anonyme, SARL… le choix doit être fait après consultation d’un ou plusieurs conseils, car chaque situation est différente. De nombreuses ressources sont disponibles en ligne (ex: site de l’APCE) ou auprès des acteurs de la création d’entreprise (chambres consulaires par exemple). Le CEEI vous conseillera sur ce point.

A quelles aides puis-je prétendre ?

Il existe de nombreux dispositifs d’aide publique pour soutenir la création d’entreprise. Les entreprises innovantes, parce qu’elles prennent davantage de risques mais ont un potentiel plus fort, peuvent bénéficier d’aides spécifiques. Les aides, qu’elles prennent la forme de prêt d’honneur ou de subvention, sont toujours ciblées, attribuées sous conditions, et ne peuvent financer que certains types de dépenses. Dans tous les cas, il est indispensable de se faire conseiller par un professionnel (Chambres consulaires, CEEI, pépinières, collectivités…) Le site Lesaides.fr peut vous donner un aperçu des aides existantes  

Suis-je obligé d'établir un Business Plan ?

Le Business Plan ou Plan d’Affaires est le document qui formalise votre projet. C’est l’outil incontournable pour le futur créateur d’entreprise. Il lui servira à structurer son projet, à en étudier toutes les composantes. Il est aussi le garant du sérieux et de la viabilité du projet au regard d’un financeur potentiel. Le CEEI vous accompagnera dans la réalisation de ce document. Remarque : le Business Plan ne doit pas être un carcan que l’on doit suivre coûte que coûte. Il donne une vision précise du projet à un moment précis et constitue à ce titre un repère important. Il ne doit pas empêcher le chef d’entreprise d’être à l’écoute de son environnement pour s’adapter en permanence. Exemple des points importants que doit aborder le Business Plan :

  1. Résumé du plan de développement : quels sont les points clés ? Accroche du lecteur !
  2. Genèse et contexte du projet : qu’est-ce qui a été fait ? où en est-on ?
  3. Équipe et encadrement : présentation du parcours des membres fondateurs.
  4. Analyse du marché : nature et tendance, clientèle ciblée, concurrence.
  5. Produit et services offerts : description du produit-service, stade d’avancement du développement.
  6. Stratégie marketing et commerciale : stratégie d’accès au marché, politique fournisseurs.
  7. Moyens et organisation : installations, équipe opérationnelle, équipements, forme juridique et répartition du capital.
  8. Dossier financier (avec projections découpées par années, voire par trimestres)
→ Visitez le site de l’Agence Pour la Création d’Entreprise http://www.apce.com/

Les atouts pour réussir

Une start-up innovante n’est pas une grande entreprise en miniature. Ses forces et ses faiblesses sont de nature différente. Elle ne peut donc pas suivre le processus décisionnel d’une grande firme bien établie sur le marché.

Quel est le principal atout d'une jeune entreprise innovante ?

Une start-up dispose d’un atout de taille : sa réactivité. Alors que des entreprises plus anciennes ont investi lourdement sur un processus de production, ont accumulé une culture et des procédures lourdes, la jeune entreprise peut, en un temps record, remettre en question son fonctionnement ou ses produits. Cette capacité à agir vite est d’autant plus forte que les personnes qui travaillent dans ces entreprises ont un fort niveau de motivation en s’impliquant dans la structure.

Quelle est le point faible d'une start-up ?

Le handicap principal d’une entreprise innovante réside dans le fait de ne pas connaître précisément son environnement. Par définition, lorsqu’on lance un produit nouveau, on ignore si les clients existent et comment ils vont réagir. Une grande entreprise dispose d’une expérience et de statistiques sur le comportement de ses clients. Elle pourra donc prendre des décisions rationnelles, selon un processus établi, et minimiser les risques. Au contraire, une start-up ne dispose d’aucune certitude quant à ce qu’attendent les clients. Ces attentes du marché reposent au départ sur une intuition et sur un pari. La priorité de ces petites entreprises doit donc être d’accroître en permanence sa connaissance des clients, et ce à un moindre coût.

quelle est la marche à suivre pour réussir ?

L’expérience montre que les entreprises innovantes qui réussissent à se développer sont celles qui ont mobilisé leur atout principal : la réactivité. Pour ce faire, elles ont résolument orienté leur activité vers la connaissance de leurs clients et de leurs attentes. En multipliant les prototypes, les versions de démonstration même inachevées, et surtout en restant à l’écoute du retour d’expérience de l’utilisateur, elles ont fait de leur structure une véritable « machine à apprendre ». Les enseignements collectés sont ensuite intégrés au produit, beaucoup plus rapidement que ne l’aurait fait une grande entreprise. C’est la capacité de remise en question qui apporte un avantage concurrentiel.
→ Visitez le site 1001startups et découvrez d’autres entrepreneurs qui vous ressemblent !

Liens utiles

Création d’Entreprise

Agence pour la création d’entreprises – APCE

Soutien des entreprises en région LR – Info-Enreprises LR

Descriptif des aides existantes – Lesaides.fr

Mine d’informations et d’actualités sur les startups – 1001 Startups

Institut National de la Propriété Industrielle – INPI

Compagnie Nationale des Conseils en Propriété Industrielle – CNCPI

Banque Publique d’Investissement – BPI-France    

 

Institutions et Partenaires

Chambre de Commerce et d’Industrie – CCI

Chambre des Métiers et de l’Artisanat – CMA

Chambre d’agriculure – Chambre d’Agriculture

Université Perpignan Via Domitia – UPVD

Conseil Régional – CRLR

Conseil Général – CG66

Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération – PMCA

Plate Forme Technologique – PFT 66-11

Réseau SYNERSUD – SYNERSUD